Archives de Tag: nature

Le shampooing reflets au henné Logona

Par défaut

Salut ! Salut !

Je suis (enfin) de retour après une loooooongue absence (entre les révisions, le concours et l’après-concours), bref j’ai plusieurs produits dans ma besace à te présenter, et pas forcément avec des avis positifs. Aujourd’hui je vais te parler du shampooing Logona reflets au henné.shampooing-reflets-henne-logona

Si on lit la description, pleine de promesses (ici je l’ai prise sur le site mademoiselle-bio.com), on voit que :

Le shampooing reflets au henné LOGONA est le shampooing idéal pour les cheveux roux à auburn. Ses extraits de plantes colorantes ravivent la couleur de vos cheveux. Le complexe phytocosmétique de ce shampooing redonne éclat et élasticité grâce aux extraits de henné, de feuilles de bouleau, de calendula de culture BIO, ainsi que du son de blé, du brou de noix et des protéines de soie. Sa base lavante extra douce a été développée à partir de sucre, elle nettoie vos cheveux en douceur.

Etant une fervente adepte du henné – mon rêve étant d’avoir naturellement la chevelure de Kate Walsh – je me suis jetée sur ce produit qui, je l’espérais, entretiendrait ma couleur. Après plusieurs utilisations, j’ai pu me faire un avis et je ne rachèterai pas ce produit :

  1. Il est trop décapant pour mes cheveux fins. Lors du rinçage, ils « crissent », signe qu’ils ont été un peu malmenés lors du shampooing. Du coup l’après-shampooing – je viens de terminer celui à l’avoine de la marque Weleda – est plus que nécessaire
  2. J’attends encore les reflets promis^^ mes reflets ne changent pas entre avant et après le lavage. C’est peut-être dû à ma base brune, bien que les couches successives de henné leur ait donnés une belle couleur cuivrée. Pour vraiment donner un coup de fouet à ma couleur, je me dis qu’un soin de la marque Mulato serait mieux

Du coup j’ai un avis plus que mitigé, mais ce shampooing conviendrait sans doute mieux à des cheveux moins fins ou fragiles. Tu l’as déjà essayé ?

Publicités

DIY – L’huile anti courbatures

Par défaut

Hello !

je suis contente de te retrouver fidèle lecteur/lectrice de ce blog, mais aussi toi, qui arrive par hasard, attiré(e) par ce titre, sans doute parce que tu en as marre d’avoir des courbatures. Entre la zumba, l’aquagym et les exercices que je fais chez moi (merci Youtube), j’ai souvent ce genre de problème et ce, malgré les échauffements. J’avais trouvé une bonne alternative aux médicaments grâce à l’homéopathie, notamment après ma blessure au mollet, mais là cette fois j’ai voulu essayer autre chose.

Il y a quelques jours, en traînant sur Instagram, je suis tombée sur l’article de Samia sur les bienfaits de l’huile essentielle de gaulthérie et je me suis souvenue qu’elle avait vachement soulagé le pied d’une de mes copines.

— Effectivement, présenté comme ça, ça faire genre j’ai tout le temps mal quelque part et mes amis aussi, mais en fait non, ça sert juste à planter le décor —

Du coup ni une, ni deux, je file sur le site d’Aroma Zone, et en zyeutant les fiches-conseil et les recettes proposées, j’ai acheté : du macérat d’arnica, de l’he de gaultherie odorante et de l’he de cryptomeriawpid-img_20150214_095009.jpg

Pour faire ma tambouille, j’ai utilisé :

  • un plan de travail propre et désinfecté
  • mes mains propres et désinfectées
  • un récipient (propre et désinfecté)
  • 100 ml de macérat d’arnica
  • 50 gouttes d’he de gaultherie (antispasmodique et anti-inflamatoire)
  • 20 gouttes d’he de cryptomeria (anti-douleur et décontractant) (facultatif)
  • 20 gouttes d’he de cyprès (pour la circulation veineuse) (facultatif)
  • 7 gouttes de VItamine E (anti-oxydant)

La préparation cocotte pas mal, mais elle est très efficace. Utilisée sur les mollets avant la zumba, j’ai nettement moins mal que d’habitude, surtout après l’effort, appliquée une fois sortie de la douche, j’ai eu assez peu de courbatures. C’est donc un bilan très très positif et ça a même soulagé mes douleurs matinales aux lombaires.

Des adeptes de l’arnica ou de la gaultherie ?

Mes baumes à lèvres pour l’hiver

Par défaut

Salut mes bioté(e)s !

Qui dit hiver, dit froid et qui dit froid dit lèvres gercées et là je dis stop ! y’en a marre des gerçures, des lèvres qui brûlent et des crèmes achetées en pharmacie. Cette année je prends le taureau par les cornes et je te présente mes deux alliés pour cet hiver : le baume à la noix de coco d’Aroma Zone et le baume à lèvres de la marque Badger.

Les deux sont certifiés BIO, mais pas végan. Le baume AZ est au beurre de karité et aux huiles végétales de vanille et de coco, j’aime bien le mettre le soir au coucher, il nourrit les lèvres en profondeur ; le baume Badger est à base d’huile d’olive, d’huile de ricin et d’huiles essentielles et je l’applique en journée quand mes lèvres sont sèches ou tiraillent.

wpid-img_20141214_100943.jpg

Et toi, quel est mon meilleur allié pour cet hiver ?

 

C’est doux, c’est neuf ? non c’est lavé avec du baheda !

Par défaut

Salut mes petit(e)s bioté(e)s !

Aujourd’hui on va causer cheveux, avec la nouvelle poudre soin vendue par Hennés et soins d’ailleurs (HSA) : le Baheda.

baheda

 *Qu’est-ce donc cela ?*

Selon HSA, « cette poudre provient des fruits de l’arbre du même nom (Terminalia belerica) en Inde. Verts, ils ont un parfum épicé agréable. Le Bibhitaki (ou Baheda) est un excellent moyen de renforcer les cheveux et stimuler leur pousse naturelle. Il est souvent utilisé pour le soin des cheveux fins, fragiles et clairsemés. Cette plante a un effet antioxydant et anti-microbien et contribue à tonifier naturellement la peau. Riche en vitamine A et en acides gras essentielles, elle est également utilisée en Inde en cas d’insomnie, de problèmes digestifs et d’hypertension artérielle. Appliquée en externe, cette poudre soulage les petites blessures et arrête le saignement. »

 Ayant les cheveux fins et dans l’espoir de contrer ma petite chute de cheveux hivernale, j’ai décidé de tester (et à 2,50 € les 100g, je ne perds pas grand-chose). Je vais donc chercher mon colis samedi à la Poste et décide de poser cette petite chose sur mes cheveux tout dégueus après mon cours de Zumba de ce lundi

 *Comment l’utiliser ?*

HSA conseille de mélanger la poudre avec de l’eau chaude dans une pâte et la laisser reposer pendant environ 20 minutes, puis de l’appliquer sur les cheveux et le cuir chevelu et masser. On laisse poser pendant 20-30 minutes, puis on rince à l’eau claire. Pas la peine d’utiliser de shampoing après, cette poudre soin lave également. Il est recommandé de faire ce petit masque une fois par semaine et de le mélanger à de la poudre d’amla pour un meilleur résultat.

J’ai donc suivi (pour une fois) ces instructions, j’ai mélangé deux cuillères à café de Baheda avec une cuillère à café d’amla (tu adapteras selon ta chevelure), j’ai laissé reposer, puis j’ai appliqué. Pour ce test, j’ai décidé d’appliquer à la lettre les conseils du site, mais le prochain coup je rajouterai un peu de sidr (pour le soin), un peu de glycérine végétale (pour maintenir l’hydratation) et sur un malentendu une goutte d’huile essentielle et de la provitamine B5.

J’ai été surprise par l’odeur qui me rappelle celle des poivrons, ce qui n’était pas dérangeant en fin de compte 😉 Autre surprise, lors du rinçage, pas besoin d’après shampoing, mes cheveux étaient nickels et ne « crissaient » pas comme avec le reetha. Le Baheda est donc une poudre très douce.

Une fois secs mes cheveux sont bien propres, légers et ne sentent pas le poivron ! C’est donc une poudre que je conseille aux filles ayant les cheveux fins, fragiles, bouclés, mais peut-être pas forcément à celles qui ont les cheveux gras, car la poudre ne sera peut-être pas suffisamment lavante, à moins de la mélanger à une autre poudre, comme le sidr par exemple ou bien du henné neutre.

Je suis donc ravie et ce sera certainement mon masque soin du dimanche, en remplacement des hennés neutres.

Kissoux kissoux

Mon déo crème maison

Par défaut

Hello !

Eh oui nous sommes en été, il fait beau, il fait chaud, on transpire et parfois on pue. La grande classe. Mais comme dirait l’autre dans sa pub « mais ça, c’était avant », ben oui ma bonne Dame, avant vous utilisiez un déo méga cher du commerce, enrichi en sels, alcool, et autres joyeusetés du genre, mais là j’ai envie de dire stop aux aisselles qui puent et aux amis qui ne veulent plus s’asseoir à côté de toi en terrasse, même quand tu fais face à la mer. Dorénavant, ils se battront pour te côtoyer, parce que tu seras fraîche comme la rosée du matin.

racontes la

Déjà, la transpiration est un phénomène normal, qui permet au corps de maintenir sa température à 37°C. La transpiration est inodore, mais c’est la présence des déjections de bactéries présentes sur la surface du corps qui lui donne une odeur pas des plus fleuries.

*Que faire ?*

Pour cette recette de déodorant, je me suis servie de la recette trouvée sur le blog Les cosmétiques de Po que j’ai légèrement modifiée. Ici, le dosage des ingrédients est donné en %, ce qui n’est pas plus mal car on peut ajuster la quantité selon la contenance des pots. J’en profite pour rappeler les consignes d’hygiène : on désinfecte l’ensemble des ustensiles, contenants, casseroles, plan de travail et mains avant de commencer sa popotte.

Pour la première phase, à savoir la phase huileuse, il faut faire fondre au bain marie :

  • 45% d’huile végétale de coco (pour ses vertus antibactériennes)
  • 6% de cire végétale (pour donner un aspect « crémeux » à la préparation). Dans la recette originale, Po utilise de la cire d’abeille, qui est très bien, mais j’avais envie de tester avec une cire florale et j’ai acheté celle à la rose vendue sur Aroma Zone, pour son odeur

Deuxième phase, on mélange dans un bol :

  • 30% de bicarbonate de soude (pour son pouvoir désodorisant)
  • 15% de maïzena (pour l’absorption de l’humidité), on peut aussi utiliser de l’arrow root que l’on trouve sur le web ou en magasin bio.
  • 1% d’huile essentielle de lavande fine
  • 0.5% d’huile essentiel de tea tree
  • 0.5% d’huile essentielle de menthe poivrée
  • 0.5% d’huile essentielle d’orange
  • 0.5% d’huile essentielle de bergamotte (les huiles essentielles sont utilisées ici pour leurs propriétés bactéricides et odorantes)
  • 1% de vitamine E (pour éviter le rancissement de l’huile)

Enfin on mélange les deux préparations que l’on verse aussitôt dans un pot !

Déo

Ce déodorant, que l’on appelle aussi Soapwalla s’applique directement avec le doigt sur des aisselles bien propres et sèches !

Bonne tambouille ! 😉

Le gel de lin

Par défaut

Hello !

Today on ze blog, ma recette de gel de lin.

Les graines de lin font pratiquement parties des indispensables dans une cuisine actuellement, car elles sont pleines de bonnes choses pour la santé, mais aussi pour les cheveux (ce qui nous préoccupe aujourd’hui). En effet, chauffées, elles libèrent des mucilages, qui sont des substances qui gonflent au contact de l’eau, donnant ainsi une texture visqueuse à la préparation. Le gel de lin va ainsi hydrater les cheveux, mais aussi les discipliner et les faire briller. Dans mon cas personnel je l’utilise seulement pour hydrater ma crinière, car des boucles hydratées sont des boucles bien dessinées 😉 Sinon, on peut utiliser ce gel naturel pour discipliner des mèches rebelles ou même se plaquer les cheveux pour faire des coiffures plus élaborées. Enfin, dans un henné, le gel de lin permet de contrer l’effet gainant de la plante, il faut simplement en mettre un peu dans sa préparation, bien mélanger, puis l’appliquer uniformément sur la tête.

*Ce dont tu as besoin pour te préparer ta potion capillaire*

  • des graines de lin (3 cuillères à soupe) ; je les achète au magasin bio et on peut en trouver des blondes ou des brunes
  • 1/2l d’eau
  • un conservateur pour éviter que la préparation ne « tourne » ; j’utilise du cosgard, mais on peut utiliser de l’EPP (Extrait de Pépins de Pamplemousse)
  • huile essentielle de lavande pour l’odeur et pour les boucles

*La préparation*

Tout d’abord il faut désinfecter tous les contenants, ustensiles et aussi le plan de travail, ensuite on peut mettre l’eau à bouillir, rajouter les graines, attendre quelques minutes en remuant bien la préparation que les graines libèrent bien le mucilage. A ce moment là, l’eau prend une texture un peu gélifiée.

Ensuite, pour récupérer le gel, je verse la préparation dans un chinois que je tiens au-dessus de mon saladier et presse bien les graines avec une cuillère en bois pour libérer le maximum de gel. Ensuite je verse le contenu de mon saladier dans un pot en verre préalablement stérilisé.

Il existe une autre technique de récupération avec un bas ou un vieux collant qui a aussi fait ses preuves.

On ne va pas se mentir, j’ai planté ma première préparation de gel de lin il y a quelques semaines, j’avais laissé la préparation trop longtemps sur le feu, si bien que le gel était tellement épais qu’il ne passait pas par le chinois et je n’arrivais même pas à enlever les graines de lin à la main. Bref, il y avait du gel partout sur la table, c’était juste le bronx dans mon appart’ 😉

Le gel de lin est donc une façon simple (une fois qu’on y arrive ça va tout seul), naturelle et pas cher d’hydrater et de donner de la tenue aux cheveux.

Alors tu vas essayer ? 😀